Un été givré de Siobhan Vivian

Siobhan Vivian, Un été givré, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2019

un été givréSi vous recherchez un roman léger, sucré et ensoleillé, ne cherchez plus, vous l’avez trouvé ! Ce roman pour adolescents se prête parfaitement à une lecture paisible les pieds dans l’eau, une glace à la main. Parfait pour la saison !

Amelia a une obsession depuis toute petite : travailler au stand de glaces de Molly Meade, la Meade Creamery. En plus de proposer des glaces artisanales succulentes, Molly n’emploie que de jeunes filles du coin qui, le temps d’un été, se lient d’une amitié à toute épreuve, tout en travaillant en complète autonomie. Quand Amelia commence à y travailler, elle se fait amie avec Cate et sa dévotion au stand est sans faille. Cette année, tout est différent : elle a été désignée manager, alors même qu’elle pensait que ce serait Cate qui tiendrait ce rôle. Elle ne prend pas cela à la légère et se sent investie d’une grande mission : hors de question que quelque chose tourne mal sous sa responsabilité. Mais le premier jour de travail de l’été, jour de l’installation du stand, elle découvre l’irréparable : Molly Meade est décédée, ce qui devrait sonner le glas du stand. Mais quand son petit-neveu Grady, étudiant en commerce, reprend le stand que Molly lui a légué, Amelia ne sait si elle doit se réjouir : le stand va ouvrir, certes, mais un garçon fera partie de l’équipe. Et qu’en est-il de son rôle de manager ? Les ennuis ne font alors que commencer : se retrouver entre Grady et les filles qui ne veulent pas recevoir d’ordres d’un garçon, c’est déjà compliqué, mais quand la glace vient à manquer… les choses se corsent ! Le stand tiendra-t-il l’été ?

Si l’histoire est sucrée à souhait, légère et attendue, la lecture de ce roman a été une belle découverte et une très agréable lecture. On y rencontre des personnages attachants, en premier lieu Amelia, si attachée à ce stand de glace et qui s’évertue à la grande incompréhension de ses amies et de sa famille à le sauver. Passionnée et indécise quant à son avenir, elle s’investit de manière inconsidérée pour ce stand qu’elle aime depuis son enfance. Elle a besoin de faire partie de cette famille de jeunes filles, presque prêtes à s’envoler vers l’université, et de s’affirmer en tant que manager. Sa place inconfortable, entre un patron à peine plus âgé qu’elle et bien peu présent au stand et les filles qui veulent leur indépendance, va lui permettre de s’affirmer et de prendre ses propres décisions, en son âme et conscience, en bousculant parfois les uns ou les autres, au grand dam de Cate, qui ne comprend pas son obstination à sauver ce stand, d’autant plus qu’il s’agit de leur dernier été dans le coin.

Grâce au souhait ardent d’Amelia de sauver Meade Creamery, considéré comme le meilleur marchand de glaces de la région et faisant partie intégrante du patrimoine culturel de la ville, c’est aussi tout un pan de l’histoire locale qui s’offre à nous : celle de Molly Meade qui a commencé à fabriquer des glaces pour remonter le moral de ses amies alors que leurs fiancés, frères, amis étaient à la guerre. Ce roman parle donc de transmission, tradition, respect du passé et du patrimoine, thèmes qui lui donnent une nouvelle profondeur, en ne s’arrêtant pas à une simple histoire d’amies et de romance adolescente estivale.

Rencontrer Molly à travers son journal intime, comprendre le jeune Grady dans son obstination à vouloir reprendre le stand et la décision de Molly de le lui léguer, côtoyer les filles Meade et tenter de comprendre Cate, autant de petites intrigues qui rendent plaisantes cette lecture, qui nous entraînent à la suite d’Amelia et nous tiennent en haleine jusqu’au dénouement : Amelia parviendra-t-elle à sauver Meade Creamery ?

Ce roman est plaisant car léger en apparence, mais profond malgré tout. On prend plaisir à découvrir les aventures d’Amelia, jeune fille peu frivole, la tête sur les épaules et qui aime le travail bien fait. Une héroïne comme je ne pensais pas en trouver dans ce type d’histoire, et c’est tant mieux ! Elle donne de la profondeur à une intrigue adolescente qu’on lit d’une traite en rêvant de goûter les quatre parfums de glaces proposés à la Meade Creamery. C’est ensoleillé, savoureux, sucré et pas niais, que demander de plus ?

Ma note : 4/5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :