De joie coulent mes larmes de Lena Walker

Je dois l’avouer, ce roman m’a happée par sa couverture très graphique, aux couleurs estivales et un peu rétro. Le résumé était plaisant, je me suis lancée. Si la lecture fut plutôt agréable, je n’ai pas été complètement conquise par cette histoire une peu trop chick lit, alors que ce n’est pas ce que j’en attendais (et aujourd’hui, en relisant le résumé, je me dis que je ne devais pas être bien réveillée pour penser cela !).

Romy Bavarois vit avec sa grand-mère à Saint-Tropez. Elle travaille dans une pâtisserie réputée de la ville balnéaire en tant que vendeuse. Mais son rêve, c’est d’être présentatrice de journal télévisé. Autant dire que c’est mal parti. Anciennement juriste à Nice, elle a tout plaqué à la mort de son grand-père pour ne pas laisser sa grand-mère seule. Faut dire qu’elle est très proche de cette dernière, qui l’a élevée à la mort de sa mère. Et puis elle est fiancée à Nicolas qui travaille sur la marina et ne pourra donc jamais quitter le littoral. Elle s’y est faite, il faut dire qu’elle aime sa ville et qu’elle est très amoureuse. Et puis, sa meilleure amie Elise n’est pas loin, comme son ami très cher Paul. Alors, tout va bien ! Sauf que sa grand-mère lui fait rencontrer un jour le médium des stars, Jean-Luc, qui lui fait d’étranges révélations, auxquelles elle ne croit pas. Il remet en question son couple et lui dit qu’elle fera carrière dans le travail qu’elle exerce actuellement. Un ramassis de bêtises et d’élucubrations ! Cartésienne, elle n’y croit pas. Sauf que son quotidien va bel et bien exploser… Et si c’était le moment de montrer à Jean-Luc qu’il n’a pas raison sur toute la ligne et de se lancer dans son rêve, à la conquête de la réussite et de son bonheur ?

Ce roman nous montre qu’un événement aussi banal qu’une prédiction par un obscur medium auquel on ne croit pas peut remettre sa vie en perspective. Parce que c’est bien ce qui arrive à Romy : si elle ne croit pas en les prédictions de Jean-Luc, elles l’obligent pourtant à se confronter à sa réalité : est-elle réellement heureuse ? Sa chère grand-mère, personnage aussi savoureux que sa cuisine semble l’être, n’a-t-elle pas raison de ne pas apprécier Nicolas et sa relation avec sa petite-fille ? Bien obligé de constater que parfois, un petit coup de pied aux fesses ne peut pas faire de mal !

Romy est un personnage attachant, qui ne se laisse pas abattre. Malgré les difficultés, elle s’accroche, cherche à faire une place au bonheur. Et malgré les rencontres peu recommandables, les échecs et les déceptions, elle ne renonce pas, épaulée par une grand-mère forte et bonne vivante, un ami loyal et des rencontres fortes et sincères, en les personnes de sa nouvelle coloc et son nouveau voisin. Eux n’hésitent pas à remettre en question leurs vies, pourquoi pas elle ? Parce que Romy va être entraîné à Paris où elle aura la chance – ou peut-être est-ce tout le contraire – de travailler pour la première chaîne en tant que stagiaire à la production. Et si cela lui permettait de se rendre compte de ce qui est vraiment important, et plus précisément, de ce qu’elle veut réellement ?

L’histoire est un chouïa trop convenue et m’a rappelé nombre de livres que j’ai déjà lus sur ces sujets. Si l’histoire peine à se lancer – du moins à mon sens – elle est tout de même très agréable à lire, ne vous y trompez pas. On se laisse happer par les péripéties de Romy et sa découverte du « monde » et de sa vie. Parce que prendre sa vie en main, cela va aussi consister à comprendre qui elle est et d’où elle vient, quelle a été la véritable histoire de sa mère. A pardonner également. Et à laisser au passé les histoires et les rencontres qui ne lui valent rien de bon. Oublier les regrets et avancer. Si cela paraît simple à la lecture du roman pour le lecteur, si on a envie de lui dire de foncer et de laisser derrière elle son passé, cela n’est pas si simple quand on n’a plus cette distance et qu’il s’agit de nous… Ce roman fait du bien en cela et permet de nous poser les bonnes questions sur nos vies également.

Découvrir le monde des paillettes de la télévision est une force de ce roman. Parce que c’est finalement un monde de pacotilles, de faux-semblants et d’amitiés convenus qui ne servent qu’à assouvir ses désirs d’ascension sociale et professionnelle. Romy déchante vite, et nous avec elle. Le fait que les sujets traités par la rédaction collent avec une actualité récente donne un côté assez réaliste au roman de Lena Walker.

J’ai aussi beaucoup apprécié découvrir le « vrai » Saint-Tropez, loin des grandes villas de luxe et des yachts amarrés au port, grâce à Romy, sa grand-mère et Paul. Cela m’a presque donné envie de découvrir ce village mythique ! Peut-être aurais-je aimé que l’histoire se déroule plus longtemps dans ce village plutôt qu’à Paris, enfin de prolonger mon dépaysement… Mais le choix de l’auteur est bien plus cohérent !

En somme, un roman sympathique, plaisant, agréable à lire, mais un peu trop convenu pour le ranger dans mes coups de cœur de l’année. A découvrir tout de même au bord de la plage (comme la couverture le suggère) !

Ma note : 3/5

Lena Walker, De joie coulent mes larmes, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2018

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :