La maison à droite de celle de ma grand-mère de Michaël Uras

Michaël Uras, La maison à droite de celle de ma grand-mère, Editions Préludes, Paris, 2018

la maison à droite de celle de ma grand-mèreVoici un roman que j’ai littéralement adoré : on sent le soleil et les vacances, on ressent l’ambiance familiale traditionnelle mais pas déplaisante, on est dépaysé, on est juste bien. Une très jolie découverte !

Giacomo, récemment divorcé, vit à Marseille et est traducteur. Originaire de Sardaigne, il y est rappelé quand sa grand-mère est en fin de vie. Persuadé qu’il n’y restera que peu de temps, alors même qu’il a un gros travail de traduction en cours et un éditeur sur les dents qui le harcèle, le voilà dans l’incapacité de quitter cette belle île et son petit village plein de souvenirs. Entre Maria, sa mère, qui voudrait qu’il se réinstalle dans le coin et qui fait vivre un enfer constant aux hommes de sa vie ; son père, Mario, qui s’en accommode ; Gavino, son oncle exubérant et envahissant ; Manuella, la belle épicière du village dont sa mère a toujours été jalouse ; Fabrizio, son ami d’enfance aux graves problèmes de santé mais heureux malgré tout, ou encore Alessandra, la belle infirmière de sa grand-mère qui ne le laisse pas indifférent, voilà Giacomo empêtré dans le filet de son île. Et ceci sans compter sur le Capitaine, cet homme qui l’intriguait tellement étant enfant et qu’il va enfin apprendre à connaître. Pendant ces semaines bloqués sur l’île, où sa grand-mère ne se décide pas à passer l’arme à gauche, Giacomo va se souvenir, affronter son passé, apprécier les petits moments du quotidien, et peut-être laissé derrière lui une douleur qui l’empêche d’avancer.

Ce roman est une galerie de portraits de personnages savoureux, improbables, denses et bien construits. On s’attache à chacun d’eux, même à la mère exubérante ou à l’oncle très particulier. On se régale d’anecdotes, de souvenirs de Giacomo, d’improbables situations que seul un petit village un peu coupé du monde dans une partie d’une île bien peu touristique peut connaître. On se prend d’affection pour cet endroit dans lequel on aimerait se précipiter après avoir refermé ce roman, et de tous ses habitants, si différents les uns des autres.

Les relations familiales sont incontestablement les plus truculentes. Cette réunion d’oncles et de parents autour d’une grand-mère a priori mourrante mais que chacun a tellement aimé (ou du moins le laissent-ils croire) est si emblématique des petits villages de pays latins et des familles qui y vivent que ceci participe à une ambiance globale. Parce que la Sardaigne et ce petit village avec ses ruelles ensoleillées sont autant importants que les personnages qui les peuplent, et donnent une ambiance chaleureuse et agréable, où nous avons l’impression qu’il fait tellement bon vivre qu’on serait prêt à boucler nos valises pour y aller s’y installer.

Ce roman est plein d’une douce poésie, principalement par son personnage principal, Giacomo, homme très rêveur et qu’on sent blessé. L’auteur, par son écriture fine, douce, lumineuse, pleine d’espoir, parvient à intégrer un suspens léger qui sous-tend cette histoire de vie(s), et dont la révélation en fin d’ouvrage se fait de manière douce et poétique. Michaël Uras parvient à nous insuffler de la joie au travers de petits instants simples, une crique, un souvenir, un livre, des gateaux ou encore une rencontre. Ce que cache Giacomo, son drame personnel, est loin d’être simple, mais le roman reste lumineux, plein d’espoir. La légère mélancolie qui peut de temps en temps bercer le roman est loin d’être désagréable, et tend à rendre ce roman humain et plein de saveurs.

Vous l’aurez compris, ce roman est un vrai petit bijou de finesse et d’espoir, de soleil et d’humour, de souvenirs et de truculences, porté par une très belle écriture. Un roman, donc, que je vous conseille de toute urgence !

Ma note : 5/5

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :